BULLETIN MARICA

VOL I/2017                                                                                                         20 APRIL 2017


Love, Peace, Harmony




Chers Parents, amis et bienfaiteurs,


Nous vous adressons aujourd'hui un bulletin spécial pour vous donner les résultats et le développement d'un projet arrivé avec succès en fin de mission .

Nous tenons à vous en informer et vous remercier les premiers de nous avoir donné les moyens de construire et de gérer cette école pour les enfants de Darga Khalij Khan.



MARICA II, A DKK – Une mission accomplie

En 1994, Marie Christine acheta un terrain de 2 acres comme extension possible de l'école de Masab Tank, à Hyderabad. Ce n'était à l'époque qu'un pré solitaire avec 2 huttes en terre sèche, dont l'une était occupée par une vieille femme. Celle-ci restait accroupie à coté de sa chèvre, abritée du soleil par un muret en terre rouge. Son seul bien était un petit carré de légumes et un puits, probablement le seul connu dans la région à cete époque. Alentour, seul poussait du jowar (un millet qui nécessite très peu d'eau). Quelques familles vivaient au bord du chemin, la plupart dans des tentes en plastique, des buses en ciment, des petites huttes. Un peu plus loin, en contrebas du barrage, un sanctuaire et un hameau complétaient le paysage aride et désolé.


Investir dans cette région a été une décision marquante. Marie Christine rendit visite aux anciens de Darga et leur demanda quel serait le développement souhaitable pour cette région. Ils proposèrent une école pour enseigner aux enfants, en anglais. Déjà s'esquissait le projet de Marica. La mère de Marie Christine vint en visite en 1995. MC lui montre un plan pour la construction d'une école, mais il ne lui restait plus le moindre centime pour la démarrer!


En Juin1995, Ashoda et M.C. s'installèrent au bord du chemin et invitèrent les enfants à venir s'asseoir en classe dans la maison d'Ashoda. La salle se remplit. Parmi eux, Kumar vint à 4 pattes et Naresh arriva porté dans les bras de son père. La polio avait paralysé leurs petites jambes, mais la curiosité et la volonté d'être avec tous les enfants etaient grandes! Un glorieux début pour Marica. Jusqu'à la fin de juillet 1995, il fallut s'acharner, pour obtenir que les fermiers retirent leur jowar, mis à sécher sur le pré de Marica. Très vite une classe de fortune fut installée à l'entrée. Ce n'était qu'une simple bâche en plastique léger bleue fixée par des cordes à 6 piliers de granit. 90 enfants assis sur l'herbe et deux maitresses se tenaient courbées pour enseigner.


Le pré était entouré d'un fil barbelé. Les intrusions d'animaux et des fermiers voisins étaient fréquentes et il était dfficile de protéger le terrain et les enfants.


Aucun commercant, entrepreneur, promoteur n'osait s'aventurer aussi loin de la ville. Darga paraissait si isolé, à 10 kms de distance d'Hyderabad et 2 kms de la grand route, à l'intérieur des terres. Quant au chemin proche du lac, il était, disait-on dans la région, le repaire des contrebandiers.

Cependant, un brave homme, touché par la situation et par l'audace d'une étrangère, accepta le contrat de construction de 3 salles de classes couvertes de tôles d'amiante de ciment. Marie Christine n'ayant aucune autre ressource, utilisa les fonds bloqués pour les salaires de l'année des maîtresses, pour payer la construction. Gràce à l'aide apportée par 3 volontaires, Ségolène, Mariette et Maxine, le chantier fut terminé début septembre 1995. Ces trois étudiantes vivaient dans une hutte en ciment de 12 m2 et M.C leur apportait d'Hyderabad de quoi compléter leur repas frugal.

C'était l'époque de la visite annuelle en France. MC rentra à Bourges et appris avec émotion que sa mère avait rendu visite à trois écoles. Avec le concours des directeurs pour financer la construction de ces 3 classes, les écoliers avaient dessiné des murs virtuels destinés à concrétiser leurs efforts!


Puis vinrent de nombreux volontaires. Les premiers à remarquer le projet furent Christine and Stephen. Ils recherchaient pour l'année suivante un poste de jeune fille 'au pair' pour leur fille ainée. Si ce terme de “au pair” n'était pas approprié pour l'école, la présence d'étudiantes, elle, était très appréciée pour diriger les maîtresses. C'est ainsi que Kate et Sarah, bachelières de Tuxford Academy en Angleterre, restèrent 9 mois à Marica pour aider en alternance à Masab Tank et à Darga. Emilie et Violaine de Science Po Paris prirent leur suite. Après elles, plus de 150 jeunes d'Angleterre, de France, Hollande et Suisse, étudiants des grandes écoles, professionnels et retraités sont venus offrir aux enfants de Darga leur temps, leur dynamisme joyeux, leurs connaissances et leurs efforts.


Durant ces 22 années, de très nombreux enfants ont été accueillis gratuitement. Une importance spéciale a été accordée à ceux qui arrivaient en haillons, qui souffraient de détresse, de maladie ou d'un handicap. Aujourd'hui, les ainés ont de 30 à 35 ans. Nombre de garçons ont continué leurs études régulièrement. Ils sont maintenant diplômés en commerce, informatique, engineering et sciences médicales. Plusieurs se sont expatriés, dans le Golfe surtout. A leur tour, ils aident leurs frères et soeurs plus jeunes à poursuivre leur études et s'occupent de leurs parents devenus agés. Kumar a passé une licence de commerce et travaille pour le Times of India, un quotidien très apprécié en Inde. Naresh est ingénieur en informatique. Il a créé sa société et emploie 10 personnes qui développent une application utile aux étudiants en médecine.


Soutenus par l'école, les garcons ont obtenu l'éducation des filles jusqu'en terminale et le recul du mariage après les examens. Plusieurs d'entre elles ont pu continuer leurs études universitaires avant ou après leur mariage. La plupart ont pris une activité, souvent pour aider leur mari dans son commerce. D'autres sont revenues à Marica pour y apprendre le métier d'enseignante.


Beaucoup d'amis et de bienfaiteurs se sont regroupés en trois associations créées en Angleterre, France et Suisse à partir de 1998. La mère de Marie Christine est devenue l'ambassadrice dynamique du projet faisant appel à sa famille, ses amis et son cercle amical. Avec un soutien financier très important, les travaux ont continué jusqu'en 2015, donnant le résultat que l'on voit aujourd'hui.


Dans la région, l'école est un havre de paix et de tranquillité, un centre dynamique, qui a favorisé le changement et le développement d'un hameau oublié du monde en un quartier vivant de la métropole tentaculaire.


Les huttes ont laissé place aux maisons colorées, aux grands immeubles cossus et aux compendiums de villas luxueuses. L'autoroute qui joint Hyderabad à l'aéroport passe entre Darga et le barrage voisin. Les voitures particulières et les grands bus, qui encombrent la rue principale, assurent le transport quotidien des habitants se rendant à l'école ou au travail.

Marica a toujours été une école intégrée. Le principe a toujours été d'offrir les mêmes chances à tous les enfants en mettant l'accent sur les besoins spéciaux des enfants ayant des difficultés physiques ou d'apprentissage. Cette philosophie constructive a été le moteur énergique du projet depuis sa création : permettre aux enfants de prendre une place digne dans la société, en exerçant la profession de leur choix et ainsi de soutenir leur famille.


D'autres villages isolés, établis plus profondément dans l'état du Telangana ressemblent à ce qu'était Darga il y a 25 ans. Ces communautés demandent à Marica de venir jusqu'à eux pour aider au développement de leur village et aider gratuitement leurs enfants.

Il est temps de laisser Marica Darga 'voler de ses propres ailes' et de nous déplacer vers des régions moins favorisées.


Regroupons nous pour nous tourner vers d'autres enfants. Il y aura de nombreux défis, probablement similaires à ceux de Darga. Il y aura aussi de nombreuses histoires à raconter, touchantes et émouvantes.


Une autre mission a commencé!


Avec les amitiés et la profonde gratitude de tous à Marica.

Marie Christine de Rochemonteix

Fondatrice

Edited at Marica Higher Educational Sty, Nizam Colony – Tolichowki – Hyderabad 500008

© Marica School 2013					Crédits Photographiques : les visiteurs de Marica	 Tous droits réservés				      	Mentions légales  -